Exposition Syllepse, photos de Sandrine Agosti Navarri

Syllepse, exposition de Sandrine Agosti Navarri

Syllepse : (bas latin syllepsis, du grec σύλληψις, súllēpsis, littéralement « action de prendre ensemble, d’embrasser, de comprendre »). Dans une phrase, accord des mots en genre et en nombre non d’après les règles de la grammaire, mais d’après le sens. Figure de rhétorique qui consiste à employer un mot à la fois dans son sens propre et dans son sens figuré.

S’il y a un mot qui résume le propos de cette exposition, et sous-tend le sens du choix des œuvres ici rassemblées, c’est bien le titre que son auteure lui a donné : Syllepse.

En grec σύλληψις, súllēpsis, signifie littéralement « action de prendre ensemble, d’embrasser, de comprendre ».

Sont en effet ici choisies et présentées des photographies dont la thématique n’apparaît pas d’emblée. Et pourtant, ces photographies « mises ensemble » ne le sont pas par hasard. Pas tout à fait. Certes, elles ont été prises dans des contextes et lieux différents, à des moments très différents, et sans volonté de la part de la photographe de construire une série. Si leur rapprochement étonne au premier abord, on perçoit vite qu’elles n’en constituent pas moins un réseau, en apparence désordonné, et qu’il y a là une suite aléatoire d’images qui saisissent des scènes, captent des instants, des paysages, des situations qui s’accordent. Si elles ne s’accordent pas en genre selon les règles de la grammaire de l’esthétique, elles sont en accord pour ce qui est du sens, elles ont en commun du sens, du sens à être mises ensemble, et pour nous à être embrassées du regard.

Le propos de Sandrine Agosti Navarri n’est ni didactique, ni engagé de façon appuyée dans la dénonciation d’un monde, de pratiques, ou de situations. Il s’agit plutôt simplement pour la photographe de prendre et de montrer ce qui importe. Chacun pourra, à son gré, selon son regard et sa sensibilité, trouver des liens de proximité et de connivence. Car ce qui réunit le plus n’est pas ce qui est dans la ressemblance des apparences. C’est ce qui est au-delà, et en-deçà, et se comprend, sans qu’on ait forcément à l’expliquer.

Martine Laborde

Photographies de Sandrine Agosti Navarri : Syllepse

Exposition à la Librairie du Levant, Galerie La Traversée 15 rue Marengo Bayonne du 04-14 octobre du mardi au samedi 10h-12h, 15h-19h 

Vernissage le 5 octobre 2018  à 18 heures