Pascal Convert

Pascal Convert est plasticien (sculpture, installation et vidéo) . En 1989, il est pensionnaire à la Villa Médicis. La question de la mémoire et de l’oubli est au cœur de son travail. En 1998, Georges Didi-Huberman consacre un livre à son œuvre « La demeure, la souche », suivi de « Sur le fil » (2013) Éditions de Minuit.

En 2002 il réalise le Monument à la Mémoire des Otages et Résistants fusillés au Mont Valérien entre 1941 et 1944. Il poursuit ce travail par un film documentaire « Mont Valérien, aux noms des fusillés » (Arte-Histoire) qui lui vaut d’être accusé d’accorder une trop grande importance aux résistants étrangers juifs communiste.

A partir des années 2000 son travail sculptural inspiré de trois icônes de presse, la Pietà du Kosovo (Photographie Georges Mérillon), la Madone de Benthala (Photographie Hocine Zaourar), la mort de Mohamed Al Dura à Gaza (AFP/A2) commandé  le Musée d’Art Moderne Grand Duc Jean du Luxembourg a été exposé en France et à l’étranger, en particulier à l’ONU et à Montréal.

Poursuivant ses recherches sur l’époque de la Résistance Il publie en 2007 une biographie historique (édition Séguier) de Joseph Epstein responsable des FTP d’Île de France, fusillé au Mont Valérien en 1944.Il réalise une quatrième sculpture en cristal titrée Le temps scellé (Coll.MNAM) et un documentaire « Joseph Epstein, bon pour la légende » (Arte).

En 2016, à l’invitation de l’Ambassade de France, il se rend en Afghanistan dans l’idée d’imaginer un projet artistique qui permette de commémorer la destruction par les Talibans des bouddhas de Bamiyan, le 19 mars 2001. Il en a tiré  un projet pour le pavillon français de la Biennale de Venise et le film Les enfants de Bâmiyân qui ont finalement été exposées au Studio National du Fresnoy et à la galerie Eric Dupont (Paris). Sa collaboration avec Georges Didi-Huberman se poursuite avec la création à cette occasion d’un livre d’artiste (éd. É. Dupont).  Ses travaux plus récents le conduisent sur les problématiques mémorielles en Arménie.

Film: À contre-temps, À perte de vue (Daniel Buren, 2018, 6h22)

Jeudi 12 octobre 2018, Le Colisée – Biarritz Daniel Buren, moment d’exception 14h30 – 22h Projection du film de Daniel Buren : À contre-temps, À perte de vue (2018, 6h22) La projection se fera en plusieurs séquences. Elle sera accompagnée d’une rencontre avec Daniel Buren, et de débats entre artistes et philosophe, avec Daniel Buren, Pascal […]

Date: vendredi 12 octobre 2018
Horaires: 14h30 - 22h00
Lieu: Colisée, Biarritz
Prix: Entrée libre